Quel design pour l’entreprise ?

On parle beaucoup du design et des designers dans le secteur de la maison, mais la gestion du design en entreprise est moins valorisée. Si Lego ou Apple, archétypes des « design companies », sont reconnus, le rôle des « design managers » l’est beaucoup moins. Le management du design cherche à lier besoins, désir, conception, innovation, technologie, gestion et utilisateurs pour fournir un avantage concurrentiel à l’entreprise par la maîtrise de facteurs artistiques, fonctionnels, sociaux, culturels et économiques. Il opère et facilite la synergie entre le design et l’entreprise, c’est-à-dire entre l’irrationalité du désir des utilisateurs et la rationalité de l’entreprise.

Le « design manager » contribue, déploie et assure la cohérence des stratégies et des tactiques de création. Il gère la création de produits et de services, l’innovation non technologique, le positionnement des différentes marques dans le but d’améliorer notre qualité de vie et d’assurer la performance économique de l’entreprise. Comme manager, il gère également les talents internes et les agences de design extérieures.

Nous possédons, en France, de grands directeurs du design. Philippe Picaud, qui a lancé la stratégie de design produit de Decathlon, est aujourd’hui le responsable du design de Carrefour, élément clef de sa transformation. Pierre-Yves Panis, chez Legrand, a refondé les gammes grand public avec des produits séduisants, mais a aussi posé le département design comme espace de dialogue entre R&D et marketing. Il est aujourd’hui chez Philips Lighting, aux Pays-Bas. Enfin, Frédéric Beuvry, chez Schneider Electric, illustre le repositionnement vers les services et le numérique du groupe dirigé par Jean-Pascal Tricoire, avec des réalisations autant prospectives ou logicielles que matérielles. Avoir une politique de design sur le long terme devrait inspirer les banques, les opérateurs téléphoniques, les assurances, mais aussi les PME ou les services publics pour créer une véritable attention durable aux clients, utilisateurs, usagers ou tout simplement aux personnes, qui permette l’efficacité, l’empathie et l’adhésion envers des offres attractives et de qualité dont nous avons tant besoin.

Jean-Louis FrEchin,

Publication originale dans les Echos

27/07/2016 | Jean-Louis Frechin | Économie & société | Innovation | Tribune |

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *