Posted on juillet 1st, 2014 by Jean Louis Frechin

0 Comments

Bienvenue en France ! », déclare Laurent Fabius pour souligner les efforts à faire pour l’accueil des étrangers dans notre pays. En effet, nous avons tous rencontré des touristes mal accueillis, l’étant parfois nous-mêmes. Le défi de l’accueil des touristes vaut également pour celui des Français.
Nous avons tous souhaité bon courage à un employé plutôt que de le remercier, en évaluant la difficulté de sa condition au regard de la nôtre. Notre manière « rude » d’accueillir nécessite certainement de se préoccuper globalement de l’empathie et de l’attention aux personnes dans les échanges.
L’industrialisation des services crée des situations productivistes, qui génèrent des services standardisés et déshumanisés, et souvent des conditions de travail difficiles. Sert-il à quelque chose d’embellir des lieux où les employés ont l’air triste et où l’on est mal reçu ?
Il existe aujourd’hui de nombreux modèles inspirants, qui se préoccupent de la place de l’autre : l’innovation globale avec les Mama Shelter, imaginés par la famille Trigano, qui invente une hôtellerie contemporaine, aimable et abordable. Le nouveau luxe, avec le Français Thierry Teyssier, dont la Maison des Rêves propose des expériences exceptionnelles dans les endroits les plus extraordinaires. Plus modestement, la Boucherie Moderne, dans le 11è arrondissement de Paris, démontre que l’amour du « travail bien fait » engendre sourire, attention et succès.
Le numérique et l’économie du partage sont également un élément de réponse avec des services de conciergerie, d’information ou d’accueil comme le mouvement des Greeters-Parisien d’un jour, où des habitants révèlent les secrets de leur quartier.

Ces exemples relèvent tous de relations publiques actives et réflexives, ils permettent de se rendre compte que les gens ont beaucoup à partager et d’envisager ce que pourrait être un « accueil attentionné ».
C’est une « économie des attentions » qu’il nous faut bâtir. Accueillons-nous bien nous mêmes ; ayons plaisir à faire plaisir, alors peut-être nous accueillerons mieux nos visiteurs.

Publication originale dans les Echos
20/05/2014 | Jean-Louis Frechin | Économie & société | Innovation | Tribune | LesEcho

En savoir plus

Partager et diffuser
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • LinkedIn
  • Netvibes
  • Posterous
  • RSS
  • StumbleUpon
  • Technorati
  • Tumblr
  • Twitter
  • viadeo FR
  • Wikio FR

Be the first to start a conversation

Leave a Reply